Découvrez notre nouveau rapport RSE 2019/2020

Mediaperformances continue d’avancer sur le chemin de la RSE !

Ce rapport retrace l’histoire de la RSE au sein de Mediaperformances et décrit nos enjeux ainsi que nos engagements. Toutes les dernières avancées s’y retrouvent également détaillées : notre statut Gold Ecovadis pour la seconde année consécutive, les ODD* auxquels nous sommes liés, notre raison d’être, le programme For Good, notre ambition de réduction des émissions de CO2 et nos projets actuels de compensation qui nous ont permis d’être le premier média neutre en carbone (une étape seulement de notre parcours), ainsi que notre charte mécénat récemment adoptée.

Bref un condensé d’engagements authentiques et d’actions ambitieuses !

Cliquez pour télécharger notre rapport RSE 2019-2020

*ODD : Objectifs de développement durable

Consultez notre Code d’Ethique

« L’ambition de  Mediaperformances  est  d’être  le  leader  incontesté  du shopper marketing en France. La croissance et le succès de l’entreprise Mediaperformances s’appuient sur des valeurs et des principes qui fondent sa culture et qui doivent inspirer l’action de chacun : L’ENTREPRENEURIAT, L’EFFICACITE et L’EQUILIBRE.

Depuis sa création en 1985, Mediaperformances s’adresse aux marques comme aux agences média, avec une gamme de solutions publicitaires qui influencent le comportement d’achat du consommateur.

Partenaire des enseignes du commerce, Mediaperformances compte parmi ses clients, plus d’une centaine d’annonceurs PGC et non alimentaires.

Aujourd’hui, Mediaperformances se compose de 101 collaborateurs.

Nos pratiques de management sont inspirées de ces valeurs fondatrices, qui doivent également être au cœur de nos relations avec l’ensemble de nos parties prenantes : collaborateurs, clients, fournisseurs, partenaires, associations, autorités publiques…

Dans un contexte de plus en plus global et complexe, il nous parait essentiel de nous doter d’un code d’éthique et de bonne conduite.

Véritable cadre de référence pour l’action, il définit les règles de conduite, individuelle et collectives, qui doivent guider nos actes et inspirer nos choix pour faire vivre nos valeurs et engagements au quotidien.

Quelle que soit sa position dans l’entreprise, j’invite chacun des collaborateurs à respecter les règles du code Ethique.

C’est en cela que nous contribuerons, par notre comportement, à conforter l’intégrité et la réputation de l’entreprise. »

Rémy Gerin, Président de Mediaperformances

Cliquez pour télécharger notre CODE ETHIQUE

Droits photo : Andrea Piacquadio / Pexels

Les 3 enjeux du shopper 2021

 

« Les défis à venir de la distribution sont des tendances de fond, mais elles sont renforcées par les événements actuels, constate Stéphane Boutillot, directeur marketing de Médiaperformances. Au nombre de trois, ces challenges portent sur le déficit de la visibilité et de l’attention, sur la tension exercée sur le pouvoir d’achat et, enfin, sur une attente de communication vers plus de vérité et de transparence des marques. (…)

PLUS DE VISIBILITÉ

Le premier défi, celui du déficit de visibilité et de l’attention envers les marques, se traduit par un constat: la part en diminution constante des marques depuis quelques années dans les rayons. Un mouvement qui s’accélère puisque, selon les chiffres Nielsen, un manque de 10 % de visibilité a été enregistré depuis le début du confinement. Plusieurs explications sont possibles : la première, la croissance de la MDD, déjà sur une évolution très positive, double en 2019 par rapport aux marques nationales. Pendant la crise, 62 % des shoppers ont déclaré se tourner vers les MDD et ce, sur tous les circuits et pratiquement toutes les catégories. En outre, le succès des produits évoluant autour de la notion du mieux consommer, bio et locaux en tête, ne s’est pas démenti. Avec plus de MDD, plus de bio et de local, les parts des marques nationales décroissent donc véritablement.

Deuxième explication, la baisse de visibilité perçue par les consommateurs lors de leur shopping : 79 % d’entre eux déclarent mal distinguer les innovations en rayon aujourd’hui, alors qu’ils n’étaient que 66% en 2014 (chiffres Médiaperformances). « Cette mouvance va être aggravée dans les mois à venir par un parcours de courses désormais sous contraintes de sécurité et d’efficacité pour /es shoppers » justifie Stéphane Boutillot.

Première solution à envisager dans ce contexte: le choix de médias précis et fiables, à la fois on et off line. Une campagne peut, ainsi, commencer par l’envoi d’un message par SMS ou email, en fonction des points de vente impactés mais, surtout, des consommateurs potentiellement intéressés, identifiés grâce aux données de la carte de fidélité. Une fois en magasin, la PLV prend le relai. « Cette démarche permet de concentrer l’investissement auprès des bonnes personnes, celles qui consomment le produit en question », ajoute-t-il. (…)

DES PROMOS À GOGO

Deuxième défi, la réponse au pouvoir d’achat. « Actuellement le poids des promotions se place en deuxième position dans les critères de choix du shopper: 86 % des Français estiment, en effet, que le prix des produits alimentaires a augmenté durant la crise, et 53 % d’entre eux considèrent que cette situation nécessite une adaptation du budget courses, avec, parallèlement, des inquiétudes, voire une réalité économique, qui pèsent sur le budget », décrit Stéphane Boutillot.Dans ce contexte difficile, une grande opportunité est donnée de capitaliser sur le levier promotionnel, au moyen, par exemple, de coupons de réduction ou stop rayons directement placés en linéaire avec des PLV associées. Rendu digital, le coupon de réduction peut être transmis avant ou au moment de l’achat sur téléphone portable. Pour ce faire, l’application Fidall, qui enregistre toutes les cartes de fidélité d’un consommateur, peut être également associée à des coupons de réduction, validés lors du paiement. L’application Casino Max s’utilise dans le même contexte. « Certains shoppers sont plus à l’aise avec le papier et d’autres avec le digital. Cela permet de couvrir à la fois des moments d’expérience shopper différents, avant l’achat et après l’achat, et des profils d’acheteurs différents », précise Stéphane Boutillot.

Enfin, la générosité des marques peut être actionnée par le gaming, en proposant le remboursement des courses en récompense de l’acte d’achat. « Plutôt que de donner un euro sur le produit, nous proposons d’aller beaucoup plus loin. L’idée n’est pas de récompenser tout le monde, mais seulement quelques-uns, par exemple en proposant de leur rembourser leurs courses s’ils se rendent sur un site internet. Ce qui est particulièrement attractif dans le contexte actuel », ajoute-t-il.

HEURE DE VÉRITÉ

Troisième défi des marques, répondre à l’attente croissante des shoppers en termes de vérité et de transparence dans leur communication. Selon l’enquête Médiaperformances, 92 % des Français souhaitent que les marques continuent de communiquer, mais dans des temps utiles et authentiques.

Pour un tiers d’entre eux, les marques doivent les aider en étant pragmatiques et réalistes. L’avis des consommateurs répond très précisément à cette attente de transparence. « Nous proposons au moment de la prise du produit en rayon, de délivrer des informations à la fois pragmatiques et impactantes », confirme Stéphane Boutillot. ShopAdvizor qui se présente comme une communauté de consommateurs sur les produits

de grande consommation, fournit les points de vue de ses adhérents, assortis d’une note et, potentiellement, d’un avis. En s’associant à ShopAdvizor, Médiaperformances teste actuellement l’intégration de cet avis et des notes sur les étiquettes électroniques, lors de ses campagnes. (…)

Raison d’être : Notre démarche RSE

Mediaperformances s’engage à soutenir les marques “responsables”

Mediaperformances est engagée dans une démarche RSE depuis plusieurs années et a pour ambition de devenir B-Corp d’ici 2022.

Cette ambition nous a conduit à définir une raison d’être : « promouvoir, via nos medias, une consommation plus responsable » qui se décline opérationnellement via le programme For Good.

Qu’est ce que « For Good » ?

For Good est un programme au travers duquel nous nous engageons à offrir de la visibilité aux marques responsables, sur leurs engagements, via une de nos solutions de publicité digitale, Shopper Factory.

Concrètement, une marque cochant à minima 2 critères parmi la liste suivante* se verra surexposée, en bénéficiant de 2 millions d’impressions via notre solution digitale, aux même dates que sa campagne achetée.

Ce programme permet donc à Mediaperformances de contribuer collectivement auprès des marques engagées à une consommation plus responsable.

*liste des critères : ​​être B-Corp, ​​être PME+, être signataire du Pacte Plastique, être carbone neutre, avoir un produit dont le nutriscore est A ou B conjugué d’un indice de transformation NOVA 1 ou 2, ​​avoir un produit certifié label AB Europe ou France​​, avoir le label Cosmebio​​

Un deuxième Visa Efficacité CESP / UDM pour Médiaperformances

Quatre mois après son ouverture à l’ensemble du marché, la plateforme de consultation du Référentiel de la mesure de l’efficacité de la communication, bâti par l’Union des marques, se renforce en intégrant 7 outils et études ayant obtenu le Visa efficacité du CESP, lors de la deuxième vague de certification engagée en février dernier. Ils sont désormais consultables sur http://lereferentiel.uniondesmarques.fr

Le Visa Efficacité encourage la transparence des dispositifs et vérifie le respect de prérequis méthodologiques d’outils et études proposées par les régies, les agences et les instituts d’études afin que leurs solutions puissent intégrer la plateforme.

Les principaux critères du Visa portent sur la méthodologie d’enquête, la représentativité de l’échantillon, la définition des indicateurs d’efficacité, la précision des résultats partagés, et la pertinence de l’utilisation de données externes et exogènes.

Efficacité, transparence et performance sont au coeur des enjeux de nos clients. Et donc des nôtres. Médiaperformances a donc décidé d’entrer dans cette démarche de certification. C’est notre méthodologie de mesure des impacts ventes Smart Census Apparié qui a reçu le Visa Efficacité. Cette méthodologie Smart Census Apparié a été mise en place par notre partenaire IRI.

Nous sommes les premiers acteurs de l’activation shopper à recevoir cette certification. Elle vient renforcer l’exigence de transparence de la mesure qui est dans nos priorités depuis plus de 30 ans.

 

 

 

 

Comment promouvoir une consommation plus responsable ?

« Promouvoir une consommation plus responsable » avec notre nouveau programme For Good

Comment promouvoir une consommation plus responsable 🤔
👉 En offrant plus de visibilité aux marques responsables, bien sûr !

Retrouvez l’intervention de Rémy Gerin à la Journée Partage & Prospective de l’Institut du Commerce le 25 juin dernier.

Découvrez tous nos engagements RSE ici 🍀🌳: https://mediaperformances.net/nos-engagements-rse/

 

Après 8 semaines de confinement, Rémy Gerin partage ses observations quant aux stratégies de moyens des marques post Covid19

Suite à ces 8 semaines de confinement, quelques observations de bon sens me questionnent sur la pertinence, pour les marques de PGC (Produits de Grande Consommation), de repenser sensiblement leurs stratégies de moyens, et de suggérer à leurs partenaires, notamment les agences media, un changement de paradigme. Et ce pour 6 raisons essentielles :

L’accroissement de la tension sur le pouvoir d’achat : 46% des Français pensent que leur situation économique sera dégradée à 1 an (Nielsen). Malgré la baisse sensible du différentiel de prix MDD/MN depuis 10 ans, malgré le retour attendu d’une activité promo forte sur les MN, la tentation de la MDD va s’accroître très fortement.

Et l’arbitrage, in fine, va se faire au rayon, qui demeure, Procter & Gamble l’affirmait dès 2005, the « First Moment of Truth ». Avant que Google invente un peu plus tard, avec pas mal de génie, le « Zero Moment of Truth ».

La tension sur le vouloir d’achat. De façon très évidente sur certains marchés, mais aussi en PGC :
– parce que l’épidémie rôde toujours, le shopping sera utilitaire : tension sur le temps à y consacrer, tension sur le temps passé en rayon ;
– parce qu’une partie croissante des foyers va vouloir « consommer mieux » vs « consommer plus » ;

En magasin, là où se prennent 65% des décisions d’achat, il va falloir redonner envie d’acheter face à cette tension sur le vouloir d’achat.

L’accélération de la baisse de la visibilité des marques. Cette baisse est engagée depuis un moment : 79% des shoppers ne voyaient pas l’innovation en rayon en 2019, contre 66% en 2014 (source IRI). Les stratégies des enseignes vont accélérer le mouvement engagé : développement de la part d’offre des MDD. Développement de la part d’offre du bio. Développement de la part d’offre du local. Bref, accélération de la baisse de la part d’offre des MN. Et en libre-service, pas de visibilité = pas de volume. Pour compléter, il faut s’attendre à une baisse de l’attention portée par les shoppers à l’offre, liée à la tension évoquée ci-dessus : moins de temps passé en magasin, et moins d’attention portée aux produits car l’attention sera en partie déportée vers les gestes barrière. Et en libre-service, pas d’attention portée à l’offre = peu d’achat d’impulsion.

Le risque d’une poursuite de baisse des DV: La nouveauté, c’est la baisse de la multi-fréquentation des enseignes. Donc un consommateur qui ne fréquenterait plus qu’une seule enseigne qui a décidé de ne pas référencer l’innovation fantastique du fabricant F n’aurait plus l’opportunité de la trouver (pour autant qu’il la cherche) dans une seconde enseigne (qui elle la détient), car il ne fréquente plus de seconde enseigne.
Les marques et leurs partenaires vont devoir choisir des stratégies de moyens, on & off, qui concentrent les GRP délivrés sur les cibles fréquentant les enseignes détentrices. C’est aujourd’hui possible. Il suffit de le décider.

L’exigence de la mesure et du ROI: Aujourd’hui, et depuis un moment, tout se mesure, par des tiers indépendants. Et les marques ont développé un savoir-faire croissant quant à l’usage de ces outils et à l’analyse de ce qui leur est présenté. Soulignons la démarche de l’Union Des Marques qui vient de mettre en place avec le CESP une plateforme pour la mesure de l’efficacité de la communication. Au moment où beaucoup de marques vont devoir construire des plans sous contrainte de moyens pour sauver l’Ebitda, le salut passe par le ROI des sommes investies.

De Davos à St Lunaire : Le 14 Avril, à l’appel de Pascal Canfin et de plusieurs dizaines d’eurodéputés, 7 CEO des plus grands groupes mondiaux de FMCG ont appelé à une alliance mondiale de politiques, de chefs d’entreprise, de syndicats et d’ONG, à soutenir et mettre en œuvre des investissements massifs pour une « Relance Verte et un Monde Durable ». Se sont ainsi engagés Emmanuel Faber et Jean-Paul Agon, mais aussi Messieurs Schneider (Nestlé), Polman & Jope (Unilever), tout comme les dirigeants de Coca-Cola, Pepsi-co et AB Inbev.
Ces entreprises savent qu’elles vont être regardées et suivies par leurs consommateurs également quant à la sustainability de leurs choix media et hors media.
Après tout cela, je vous souhaite, possiblement, un bon reset de vos stratégies de moyens moteurs

 

Tribune de Rémy Gerin, Président de Médiaperformances 

le 20 mai 2020.

Etude consommateurs : Les français en quête d’un meilleur équilibre alimentaire

Etude consommateurs ShopAdvizor
Face aux contraintes du confinement, les Français en quête d’un meilleur équilibre alimentaire

ShopAdvizor, première plateforme d’avis consommateurs indépendants sur les produits de grande consommation en France, publie les résultats d’une enquête menée du 6 au 9 avril auprès de  1 700 consommateurs français issus de sa communauté.

Si deux tiers des Français affirment que leurs habitudes de consommation courantes sont impactées par la situation, les familles avec enfants sont celles dont les achats ont le plus évolué ces dernières semaines, aussi bien en termes de volume que de choix des produits.

Sans surprise, l’achat de chocolats pour Pâques a été victime du confinement, même si les parents ont cherché à maintenir la tradition autant que possible. A l’inverse, les fruits et légumes apparaissent en forte progression, en tête des catégories les plus prisées.

Dans l’ensemble, les habitudes de consommation courante ont été impactées par le confinement pour environ deux tiers des Français, en particulier ceux vivant dans des environnements urbains :
• 62 % des répondants disent avoir été confrontés depuis le début du confinement soit à des problématiques d’absence de stock (44 %) soit à l’absence de marques qu’ils souhaitaient consommer (18 %). Seuls un tiers (32 %) déclarent ne pas avoir constaté de problème pour le moment.
• Confinement oblige, pour 66 % des Français, les courses sont également moins fréquentes ; seule une petite minorité (13 %) déclare se rendre plus souvent en magasin.
• En conséquence, la taille du panier augmente pour près d’un Français sur deux (48 %, dont 18 % « beaucoup ») et la composition du panier évolue pour 2/3 d’entre eux : 35 % la déclarent plus diversifiée et 30 % moins diversifiée.

LES FAMILLES AVEC ENFANTS S’ADAPTENT POUR FAIRE FACE AU CONFINEMENT
Conséquence directe de la garde des enfants à la maison, c’est dans les familles avec enfants que la manière de faire ses courses évolue le plus : si elles ont également diminué la fréquence de leurs courses pour 2 tiers d’entre elles (66 %), 70 % affirment que le volume de leur panier ou caddie a augmenté (+ 22 pts par rapport à la moyenne), de même que la variété des achats (54 %, plus d’1 sur 2). Par comparaison, seuls 32 % des personnes seules disent avoir augmenté le volume de leur panier et 27 % l’avoir diversifié. C’est aussi dans ces familles que la question de l’accès aux stocks se pose le plus : 70 % déclarent ne pas avoir réussi à trouver certains produits recherchés (51 %, vs 44 % au global) et 19 % certaines marques.

LES FRUITS ET LÉGUMES EN TÊTE DES PRODUITS « ESSENTIELS »
Après la ruée sur les produits alimentaires de première nécessité, les fruits et légumes s’imposent en tête des catégories de produits citées comme « essentielles » alors que le confinement se prolonge, signe que les consommateurs sont à la recherche d’un meilleur équilibre de vie : ils sont mentionnés par 69 % des sondés devant les pâtes, le riz et les céréales (67 %), les produits laitiers et le fromage (66 %), les œufs (65 %) puis la farine, le sucre et les produits pâtissiers (50 %). Les conserves (37 %) et les surgelés (28 %) ne viennent qu’en 6e et 10e position, tandis que les produits « de plaisir », biscuits et confiseries (12 %), boissons gazeuses (7 %), alcools (6 %) ou produits apéritifs (3 %) sont relégués en queue de peloton.

Là encore, les familles avec enfants se distinguent : l’importance des pâtes, du riz et des céréales reste plus marquée (cités en premier, à 73 %, devant les fruits et légumes, 67 %), mais aussi celle de la farine, du sucre et des produits pâtissiers (59 %). A l’inverse, cette dernière catégorie de produits est devancée par les conserves (41 % vs 38 %) pour les personnes seules. Les retraités à la campagne survalorisent quant à eux les fruits et légumes (75 %).

PÂQUES : LES PARENTS ONT CHERCHÉ À MAINTENIR LA TRADITION
Interrogés sur la fête de Pâques, un tiers des Français (33 %) disaient avoir renoncé cette année à acheter des produits associés à cette célébration, tandis qu’un petit tiers (31 %) prévoyait de le maintenir et 35 % étaient encore dans l’incertitude – des prévisions qui se sont logiquement traduits par un recul des ventes estimé à -33 % par rapport à 2019 selon les premiers chiffres. Les familles avec enfants souhaitaient davantage maintenir l’effort (41 % comptaient acheter des produits associés à la fête de Pâques, 32 % se disaient incertains, et 25 % seulement avoir renoncé), alors que 17 % seulement des personnes seules prévoyaient de le maintenir).

Petite consolation pour l’industrie chocolatière : le chocolat est plébiscité comme produit de réconfort, cité spontanément par 683 répondants sur 1 704 (40 %), très loin devant les fruits (275 réponses, 16 % de réponses spontanées) et les gâteaux (226 ; 13 %). Les bonbons (7 %) et les biscuits (7 %) n’arrivent qu’en 7e et 8e position du Top 10, derrière le fromage, 6e (8 %)

« Les résultats de notre étude consommateur montrent clairement que si les Français doivent encore s’adapter aux contraintes qui découlent du confinement, en termes de fréquence des courses et d’accès à certaines catégories de produits ou références, ils sortent peu à peu d’une logique stricte d’acquisition des « produits de première nécessité » pour penser davantage à leur bien-être alimentaire, notamment dans les familles avec enfants. Les produits de pur réconfort, à l’exception du chocolat, n’apparaissent en revanche pas prioritaires à ce stade dans cette période où les mouvements sont limités », analyse Remy Gérin, co-président de ShopAdvizor France.

Lancée en octobre 2019, ShopAdvizor est la 1ère plateforme d’avis consommateurs indépendants pour les produits de grande consommation. Téléchargeable sur Apple Store et Google Play, ShopAdvizor permet d’accéder très simplement à des milliers de références de produits, en les scannant en magasin ou en les retrouvant grâce au moteur de recherche intégré. L’utilisateur peut consulter, outre le Nutri-Score et la composition du produit, la note attribuée par les consommateurs, l’ensemble des avis publiés mais aussi le classement du produit parmi les autres références de même catégorie. ShopAdvizor s’appuie sur une base de données de 14 millions d’avis certifiés de consommateurs français.

 

Rémy Gerin partage sa vision du post COVID-19 pour CB News

« SEULES LES ENTREPRISES TRÈS ENGAGÉES SERONT ENCORE LÀ EN 2025 »

Avec cette 5ème semaine de confinement, CB news poursuit ses entretiens avec les professionnels de la publicité, de la création, du marketing, des médias, de la high-tech… Aujourd’hui, l’éclairage de Rémy Gerin, président de Médiaperformances.

COMMENT S’ORGANISE MEDIAPERFORMANCES PENDANT CETTE PÉRIODE PARTICULIÈRE ?

Toute l’entreprise est en télétravail depuis le 16 mars. Les outils collaboratifs nous permettent de continuer à travailler ensemble, et ainsi de faire vivre les liens. Le Comex se tient exceptionnellement tous les jours en visio conférence, et les réunions à fréquence régulière, selon les besoins. Le rassemblement habituel du vendredi, pour partager les nouvelles de la semaine, a été remplacé par une vidéo que je poste sur le groupe WhatsApp de Médiaperformances.

AUJOURD’HUI, LA GRANDE DISTRIBUTION EST DEVENUE LE CENTRE DES BESOINS DES FRANÇAIS, QUELLES SONT VOS PRINCIPALES PRÉCONISATIONS À L’ATTENTION DE VOS CLIENTS ANNONCEURS ET AGENCES MÉDIA ?

Mes préconisations restent inchangées. J’explique depuis 35 ans que la France entière (ou presque) se rend en hyper et supermarché toutes les semaines (faisant de ces espaces le 1er média de France), que les deux tiers des décisions d’achat sur les ventes de PGC se font en magasin, et que les média d’activation du shopper, online et in-store, avant et pendant l’acte d’achat, sont de ce fait les leviers les plus rentables pour les marques.

Pendant ces semaines compliquées, nous avons recommandé à nos clients de privilégier des campagnes digitales basées sur de la data avérée, à travers des offres que nous avons développées pour activer les shoppers on line, en display ou en vidéo.

Accessoirement, je me réjouis de voir le monde politique et les média s’accorder aujourd’hui sur le rôle économique et social de la grande distribution après lui avoir fait mauvaise presse encore récemment en les traitant de « caïds ».

MESUREZ-VOUS D’ORES ET DÉJÀ L’IMPACT FINANCIER DE CETTE CRISE POUR VOUS ?

Après 3 années de croissance à deux chiffres et un excellent Q1, nous ferons un mauvais Q2. Mais les marques nous disent aujourd’hui que leur attente d’un ROI mesurable sur tous leurs moyens moteurs, média & hors-média, sera encore plus forte dès le prochain semestre, dans un contexte d’investissements publicitaires en baisse. La mesure du ROI de nos média, c’est notre ADN depuis 35 ans. Juste avant la crise, notre méthodologie de mesure d’impacts ventes avait été parmi les premiers certifiés par l’Union des marques dans le cadre de son nouveau référentiel de mesure de l’efficacité de la communication.

Y AURA-T-IL UN AVANT ET UN APRÈS CRISE DU CORONAVIRUS POUR VOTRE ACTIVITÉ ?

La France vient de signer, le « Green Deal » européen. Parallèlement à cela, la Convention citoyenne pour le climat vient, précipitamment, de remettre 50 propositions au Président de la République. La France donne le coup d’envoi à l’allègement de la dette du Sud. Tout cela me fait dire que seules les entreprises très engagées seront encore là en 2025, ce qui serait une bonne nouvelle pour l’humanité. Sur ce chapitre, Médiaperformances est très bien placée : nous sommes le 1er média en France à être neutre en carbone depuis fin 2019, permettant ainsi aux annonceurs pour lesquels nous travaillons de déployer des campagnes à bilan neutre et ce sans surcoût. Nous avons également reçu la certification Great Place to Work début mars 2020 et nous serons B-Corp avant 2022. Enfin, en juin, nous annoncerons une grande initiative en faveur des marques vraiment « responsables » qui nous permettra de confirmer notre avance dans ce domaine.

Interview réalisé par Thierry Wojciak, CB News.

Le 16 avril 2020.

 

Rester visible au plus près du shopper malgré la crise

UNE SITUATION EXCEPTIONNELLE & DE NOUVEAUX ENJEUX 

La crise sanitaire actuelle liée au Covid-19 est sans précédent. La grande consommation est au cœur de ces bouleversements.

L’arrivée du virus et le confinement ont entraîné des modifications notables de comportement de la part des shoppers:
– Un recentrage dans les achats sur les produits dits « de première nécessité » : pâtes (+122%),  entretien  (+52%), etc.*
– Des changements dans les enseignes fréquentées :Drive (+74 %), Proxi urbaine (62.4%)*
– Une recherche accrue de pouvoir d’achat liée à l’incertitude économique (plus de 220 000 entreprises ont demandé à avoir recours au chômage partiel**)

*Source : Nielsen, semaine du 15 au 22 mars.
**source : Figaro du 29/03/20

MEDIAPERFORMANCES VOUS ACCOMPAGNE AVEC SES SOLUTIONS 100% DIGITALES

Face à ces enjeux et pour anticiper la reprise nous vous proposons des solutions activables dès aujourd’hui pour vos marques.


Shopper Factory  : cette solution  digitale travaille l’émergence et top of mind sur une cible shopper grâce à de la data transactionnelle enseignes et au plus près des lieux d’achat avec de la data géolocalisée.

Actishelf : cette solution répond aux besoins d’émergence et d’activation avec des bons de réduction 100% dématérialisés (nationaux et multi-circuits) intégrés dans des applications de référence  (Fidall et Casino max). Elle permet une couverture nationale quel que soit le magasin fréquenté et y compris en Drive.


Shoppercast : Nos 920 écrans Shoppercast sont présents dans les enseignes Carrefour et Cora, ils permettent de toucher les clients à leur arrivée en magasin et de travailler la présence à l’esprit de votre marque au plus proche de l’acte d’achat et auprès plus grand nombre.

 

NOUS SOMMES A VOTRE ECOUTE

Nous appliquons les consignes gouvernementales sur le confinement et nos collaborateurs travaillent à distance. Tout en vous garantissant continuité et qualité de service.
Vous pouvez joindre votre contact commercial habituel par mail ou nous contacter en ligne en cliquant ici.  

 

 

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!